Projet Rose : Contenu au 10-2014

Un homme s’engage avec son club dans la prévention et le dépistage du cancer du sein en portant haut et fort la couleur du ruban rose pendant toute une saison de Triathlon

Projet « Tri et prévention du cancer du sein »
Sensibilisation au dépistage du cancer du sein et incitation des publics féminins à s’inscrire en club (FFTRI)
« Ensemble on va plus loin, plus vite, plus longtemps : tous concernés »
4 objectifs visés :
– 1. promouvoir la nécessité du dépistage du cancer du sein,
– 2. informer le grand public quant aux bienfaits de l’activité physique pour prévenir les cancers,
– 3. améliorer la guérison et limiter les risques de récidive,
– 4. amener les femmes à la pratique du triathlon en club
Le cancer du sein aujourd’hui
Le cancer en France, c’est 355 000 nouveaux cas par an dont 155 000 femmes. Le cancer du sein est le plus fréquent et le plus meurtrier chez les femmes : 49 000 nouveaux cas par an. 12 000 décès…
1 femme sur 2 seulement participe aux campagnes de dépistage. Pourtant, détecté à temps, le cancer du sein se soigne dans 9 cas sur 10...
Dans le monde, 1 cancer sur 4 chez les femmes est un cancer du sein. 1,7 million de femmes ont un diagnostic de cancer du sein chaque année. En 2012, 6,3 millions de femmes vivaient avec un cancer du sein diagnostiqué au cours des cinq années précédentes. Ces dernières années, l’incidence du cancer du sein a augmenté de plus de 20 % et la mortalité de 14 %. Le cancer du sein est la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les femmes (522 000 décès).
Prévention par le sport
Avant (en prévention), pendant et après un cancer du sein, l’activité physique est particulièrement recommandée aux femmes.
Il est aujourd’hui démontré que l’activité physique diminue le risque de cancer du sein de 20% à 40 %.
Enfin, le sport est aujourd’hui de plus en plus intégré dans les protocoles thérapeutiques car on améliore ainsi le pronostic en augmentant notamment l’efficacité des traitements…
Diminuer le risque de récidive
Après : le sport prévient les récidives du cancer du sein
Le sport reste tout autant recommandé après un cancer du sein car l’activité physique diminue aussi la mortalité et le risque de récidive du cancer du sein de 30 à 50 %.
L’autre message à retenir est que tout compte car les efforts se cumulent : activité physique d’endurance ou de renforcement, montée des escaliers, ménage, jardinage, etc.
Description du projet et moyens (dans le cadre de l’hypothèse partenariat ARC et FFTri)
La Fondation ARC s’engage sur le territoire du sport
En faisant irruption dans le sport, la Fondation ARC entreprend une démarche innovante et jusque-là inédite dans les secteurs caritatifs et sportifs. Deux objectifs majeurs sont poursuivis : informer le public sur la prévention des cancers et lever des fonds pour la recherche. La Fondation ARC a également décidé de créer un nouvel axe de recherche portant sur l’impact du sport dans la prévention et la prise en charge de la maladie.
Au travers du partenariat, un plan d’action 360° et des milliers de personnes mobilisées
Le choix de conclure un partenariat avec la Fédération Française de Triathlon est le résultat d’une analyse et de parti-pris fondés sur des éléments objectifs. De multiples actions d’information, de mobilisation et de collecte sont contractuellement prévues pour les années à venir.

1. promouvoir la nécessité du dépistage du cancer du sein

2. informer le grand public quant aux bienfaits de l’activité physique pour prévenir les cancers,
Pour réaliser ces objectifs de sensibilisation au nécessaire dépistage, Eric Flitz, athlète du club de triathlon de Ronchin (Ronchin Athlétic club, affilié à la FFtri) s’engage à courir toute la saison avec du matériel « visuel Ruban ROSE » (équipement complet : tenue de running pour la saison de cross, pour les courses objectifs ou préparatoires, tenue de cyclisme et de triathlon pour les compétitions) portant les logos des partenariats (ARC, FFTRI) et des éventuels sponsors (deux partenaires privés, un cabinet d’experts comptables et une entreprise de mécanographie à ce jour ont donné leur accord oral). Bien entendu nous comptons sur les engagements du Conseil régional et ses ERC – Espaces Ressources Cancer (Phalempin ou Fâches ?), Cliniques privées, agence de com, Bonduelle, ….
L’Espace Ressources Cancers est « un espace intermédiaire entre l’annonce du diagnostic et le retour à la vie sociale » destiné aux personnes touchées par le cancer et à leurs proches. L’ERC se situe en ville, en dehors des structures de soins.
L’Espace Ressources Cancers a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches en proposant :
–  Accueil, écoute, information, orientation, accompagnement et conseil.
–  Des activités individuelles ou collectives (socio-esthétique, diététique,
sophrologie, sport, …).
Ce dispositif, unique en France, est une illustration du Programme Régional Cancers concerté entre le Conseil Régional et l’ARS (Agence Régionale de Santé).
Des flyers peuvent être proposés pour les manifestations (existants et un spécifique dédié à la promotion du projet, un stand peut être tenu, un blog peut être animé pour diffuser l’info des dates de participation, … diffusion également au réseau des ERC.
Les épreuves prévues :
Les épreuves de cross (préparatoires à la saison de triathlon) prévues au calendrier de la fédération française d’athlétisme. Ces épreuves populaires, regroupant toutes les catégories d’âge en un même endroit représentent un formidable point de départ pour la diffusion des messages souhaités.
Les épreuves régionales à fort potentiel de public telles que les six heures du pas de calais (cyclisme), les six heures de l’Echo (course à pied) sont également des cibles de choix.
Les épreuves de triathlon prévues au calendrier de la ligue régionale de triathlon du nord pas de calais.
Pour finir en beauté l’iron man de vichy (challenge France), choisi pour sa popularité, et donc la lisibilité qu’il offre au message.

3. améliorer la guérison et limiter les risques de récidive,

4. amener les femmes à la pratique du triathlon en club
Pour les objectifs 3 et 4,
Il s’agira d’inciter, lors des manifestations, les femmes à s’inscrire en club (possibilité de travailler sur un programme adapté et qui prendra en considération les limites prescrites médicalement dans le cadre d’une activité post cancer du sein).
Il y a lieu de s’entourer d’une expertise médicale (oncologue et sénologue, notamment) en construisant un partenariat spécifique et en essayant d’intégrer un projet d’étude médicale portant sur la relation « sport et cancer ».
Le Triathlon s’impose comme le sport idéal. D’abord parce qu’il est porteur de valeurs et d’émotions et que par ailleurs, le triathlon rassemble 3 disciplines sportives de base (natation, vélo et course à pied) et est accessible à un très large public, à condition bien sûr que les distances soient adaptées, ce qui sera le cas. Parce que le triathlon est ludique, entretient une belle silhouette et qu’il est très peu traumatisant : 2 disciplines (natation et vélo) sur les 3 sont « auto-portées ».

Et pourquoi pas un temps fort en octobre : un triathlon, en équipe pour les personnes atteintes ou soignées d’un cancer du sein…

Les besoins matériels :
Ceux-ci sont d’ordre matériel. Les frais de déplacements et de participations aux épreuves sont couverts. Il reste à ce jour à financer les tenues pour les différents exercices sportifs : tenue de running pour la course à pied (hors chaussures), tenue de cyclisme et tenue de triathlon aux couleurs relatives au ruban rose. Ces deux dernières seront composées à minima des éléments essentiels : maillot et cuissard pour le cyclisme, trifonction (longue distance) pour le triathlon. Il va de soi que selon les budgets acquis, des éléments complémentaires viendront compléter les panoplies : mitaines, chaussettes, buff, casques, …tout équipement qui peut être support de communication.
La communication « papier » (flyers…) est à envisager, éventuellement un visuel de type « flag » pour les sites de compétition.

Article rédigé par : regisd - le 6 janvier 2015 - 510 visites